PINK PACK CREW / Read Here, Ride Now / The Original French Girls Magazine / OUUH YEAH !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 25 mars 2013

CHANGEMENT D'ADRESSE

Retrouvez-nous momentanément sur http://thepinkpack.wordpress.com/ !

jeudi 26 janvier 2012

VICCI MILLER : La fille qui a appris le snowboard... sans neige

C'était fin novembre. Il faisait chaud à Val Tho où avait lieu la première étape du Rock On Snowboard Tour.
Le pink pack en mode reporter sans limite (sauf celle des cailloux) : 2 jours de ride, interview, ride, interview, apéro, interview?, malaysia, ride, interview, interview, interview...
Have you met ... Vicci Miller ?

DSC_0124_edit.jpg

Je m’appelle Vicci Miller, mais je ne peux jamais dire mon nom avec un accent français, c’est trop anglais !. Elle rit et mime en forçant sur sa voix. Après avoir vissé et dévissé des fix' et des snow toute la journée avec le sourire, cette pro snowboardeuse qui nous vient direct d’Angleterre s’est posée devant son stand pour nous parler. Soleil couchant et interview de Vicci Miller, qui sait envoyer des cab 9, gérer son business et rester une fille drôle et sympa. 

Qui es-tu Vicci Miller ?

J’ai 30 ans (ndlr : on comprend 37, elle hurle). Au moins je dis mon âge, y a tellement de filles qui ne veulent pas le dire ! Je viens du Nord de Londres, d’un petit village au milieu de la campagne qui s’appelle Bishops Stortford (ndlr : on s’étrangle, donc elle nous épèle). Ah c’est toi qui me l’a demandé ! Je suis en France depuis cinq ans.

Comment as-tu commencé le snowboard ? 

Je fais du snow depuis 10 ans. On avait ni montagnes, ni neige. On a commencé sur des dry slop en métal et en plastique. On construisait même des rampes en bois. Ça fait vraiment bien mal quand tu tombes, c’est pas vraiment le même sport ! dit-elle en se marrant. Donc on a fait une série de compétitions là-dessus, sous la pluie... Mais maintenant, les gamins en Angleterre font ça dans les gros frigo (ndlr : pistes intérieures) comme à Amnéville (57), c’est mieux. La première fois que j’ai fait du snow sur la neige, c’était pendant l’été 2000 à Tignes. J’ai ridé le plus possible.

Pourquoi t’es venue vivre en France ?

Ben pour la neige ! Après Tignes, j’ai fini l’université. D’ailleurs, j’ai fait Biologie de la mer,  c’est très ironique que maintenant je vive dans les montagnes. En 2001 je suis partie faire une saison en Californie, j’y suis restée pendant 4 ans. J’ai commencé à faire les compet' TTR : l’European Open, l’Asian Open, le Canadian Open... J’ai beaucoup voyagé.

Tu fais toujours autant de contests ? 

Maintenant j'en fais moins. Après huit ans, ça perd de son fun et le niveau est vraiment sérieux. Passer toutes ses journées à faire du backcountry, ça n’a rien à voir. Aujourd’hui je fais plus de ‘filming’ pour Harakiri et Lipstick production.  J’ai vu le film "Five more minutes please ?!" (Lipstick Prod. Part de Vicci à la 7ème minute) pour la première fois il y a deux jours. Ce sont des copines à moi, on a fait les compet' ensemble et ça fait bien plaisir qu’elles aient monté un truc pour le fun.

Qu’est ce que tu fais quand tu ne fais pas de snow ? 

Je vis à Grenoble. En fait à l’époque où j’ai commencé les saisons à Tignes et aux Deux Alpes , j’ai investi dans une agence immobilière donc j’ai plusieurs appartements dans plusieurs stations que je loue aux saisonniers. J’achète et je revends aux Anglais. Petit à petit, j’ai mis tout l’argent gagné dans les compétitions de snow dans les appart. J’ai rénové une grange dans laquelle on habite en ce moment. La semaine prochaine je signe pour en retaper une autre. Je suis un peu fan de rénovation de maison, de bricolage...

J’adore le snow. La vie d’une snowboardeuse en pleine forme c'est bien mais c'est quand tu es blessée qu'il faut avoir quelque chose derrière. Les études ou quelque chose d’autre, sinon tu te retrouves à 30 ans seule avec ton snowboard, perdue dans les montagnes... En fait, c’est pas mal ça !

Pour qui rides-tu ?   Je ride pour Oakley, Bataleon et FST. Ça se passe très bien. Ce week-end, je ne bosse pas vraiment. Je rends la pareille pour mes amis. L’année dernière j’avais déjà filé un coup de main à Bataleon. Venir voir les copains, aider les sponsors, c’est un plaisir .

DSC_0169_edit.jpg

Tu as pris le temps d'aller rider ?

Je suis arrivée, je suis allée rider direct, parce que je savais qu’avec tout ce monde, je n’allais pas avoir le temps ! On a alterné, à un moment, il n’y avait plus de boards ni de fix à sortir, 25 boards et 25 fix dehors !

Le trick dont tu es le plus fière ? 

Mon cab 9 de l’année dernière à Vars. J’aimerais le replaquer cette année dans le backcountry, sur un kicker de peuf. C’est vraiment l’objectif !

En Off : 

Ok elle est géniale
Tu as pris son mail ?
Oui oui, oh ce serait trooop bien de faire un "24h avec Vicci Miller" !
On irait rider avec elle...

Groupies va.

Interview : Océane Ciuni
Pics : Mel Carle

Bonus track : La part de Vicci dans Harakiri

Capture_d_ecran_2012-01-26_a_00.21.04.png

mercredi 25 janvier 2012

10 mois, 3 jours, 20h

Bonsoir-Bonjour-Bienvenue-Hey

Pour ne pas faire suite à l'article précédent, et sans transition après 10 mois, 3 jours et 20 heures passés à élever des lionceaux et des marmottes avant de finalement les congeler, après quelques palmiers et quelques sapins, dont certains se parent de neige : WE ARE BACK. Prochain article d'ici quelques mois, bisous bisous.

DSC_0127.JPG

C'est pas vrai en fait je vais prendre ma douche et ensuite on vous balance the first 2012 interview by pink pack ouuh yeah.

mardi 22 mars 2011

Une histoire de surf, de soirées sur la plage et de marmotte : LES INITIATIVES OCEANES

Signé Lulu.

Rideuses de tout bord, il est temps de vous racheter une conscience !

Du 24 au 27 mars 2011, ce sont les Initiatives Océanes… Allez Hop hop hop on bouge son derch' pour la planète !

Je me rappelle de cette journée fantastique, le soleil tapait, je surfais en maillot de bain, première droite, la vague ne tube pas trop… J'ai peur mais je me lance… C'était sans compter sur le bidon d'huile et la serviette hygiénique qui me coupèrent allègrement la priorité…

cat79_image11.jpg

Que celle qui n'a jamais vu flotter un déchet en pleine mer, rivière ou lac me le dise.
De mémoire de rideur, aucun d'entre nous ne peut se vanter d'avoir profiter d'un milieu naturel réellement "non-pollué".
ET HONNÊTEMENT c'est chiant, car oui, vous mettez vos mégots dans vos poches, quitte à puer la clope froide. Oui, vous trainez sur des kms vos cadavres de bières pour les ramener jusqu'à la poubelle, voire jusqu'au trieur si vous n'êtes pas trop bourré(e). Et oui, vous cherchez au briquet les déchets oubliés après une soirée bien arrosée sur la plage.

Et c'est à ce moment là qu'un gros touriste bien gras vient profiter de ses 10 jours de vacances au soleil pour laisser son Macdo sur le bord de la route. Histoire de nourrir les marmottes et foutre en l'air l'écosystème ou pour laisser son bordel sur la plage. Car le touriste de base n'a pas encore compris le système des marrées et se fait toujours avoir en laissant voguer sa crème solaire, embarquée par l'écume.
Et tout ça, sans compter sur les croisières touristiques qui jettent leurs déchets en mer, sur les dégazages des cargos, ou encore sur les petits cons qui viennent jeter la voiture brulée du voisin dans le lac où tu rides.

Initiatives_Oceanes.jpg

Tout ça m'amène à vous parler des Initiatives Océanes de Surfrider Fondation. Le concept est simple : un WE de ride et de bonne ambiance où tout le monde essaie de se bouger les miches pour nettoyer ce joyeux bordel.

L'asso a mis en place un site internet très simple avec une petite carte mappy qui indique toute les "initiatives". Et il y a forcément un évènement dans votre région. Qui plus est, si aucun nettoyage n'est organisé dans votre bourgade, "à cœur de rideuse, rien d'impossible" => vous pouvez créer le votre !!
Ce dernier sera mis en ligne sur le site de Surfrider, et vous aurez (je l'espère) des tas de volontaires motivés et canons pour insulter ensemble la Pollution avec un grand P, un grand P comme le Pink Pack !

Pour plus de renseignements : http://www.initiativesoceanes.org/

surfrider-grand.jpg

Du coup ce WE, on nettoie la planète et le WE prochain, toutes ensembles à la Foux d'Allos pour la Winter Session !

Quel programme !

vendredi 11 mars 2011

MISS Erable

Attention, post absolument useless, tel un cheveux gras dans ta soupe de grand-mère.
La photo qui va suivre est apparue soudainement dans notre fil d'actualité facebook, et on doit cette trouvaille à Océane Ciuni, journaliste émérite au talent infini au figaro.fr. On essaie de la débaucher pour pink-pack.com mais pour l'instant, avantage au Figaro qui offre + de tickets resto. Elle va peut-être nous en vouloir pour cette citation mais en même temps, "si tu me cites, ok !". Check.

Passons à la petite prose-langue-de-pupute que nous a inspiré ce cliché :

miss-erable.jpg

Surfer pour Miss France c’est aussi faire des altères, porter la planche sur son bras "parce qu’il faut s’entretenir quand même quand on est Miss" … Enfin si tu entretiens ton niveau aussi bien que le mec qui surf en arrière plan, le line up n’a qu'à bien se tenir. (NDLR : le mec est en SUP, mais bref, passons)

Merci miss France, sans toi la vie serait trop fade et les plages sans intérêt !
J’aime ta façon sensuelle de gambader tel Heidi dans les prés.
Ton écharpe estampillée "Miss France" au cas où tu oublierais ton nom… D’ailleurs cocote, en parlant d’oubli, faudrait peut être penser à accrocher ton leash, enfin si ca ne tenait qu’à moi bien sur, je te conseillerais de ne pas l’attacher : ne change rien et va donc voir dans l’eau si le Pink Pack y est !

Évidemment, aucun lien (fils unique) avec le vrai MISS qui nous concerne toutes, mais ça, on en reparle plus tard.

Saloute.

- page 1 de 29